Le lycée de Mamoudzou Nord a organisé le 9 décembre 2016, pour la journée de la laïcité un concours entre les élèves de 2de. Le thème en était la défense des principes de la laïcité, qui avait été étudié en cours par le biais de l’affaire Calas, de la culture religieuse pakistanaise (destin de MalalaYousafzai) et de la charte de la laïcité.

Les élèves devaient imaginer un procès, se déroulant dans un pays imaginaire où les principes de laïcité ne sont pas respectés, où une personne était accusée à cause de sa religion et atteinte dans ses libertés. L’accusé devait livrer un plaidoyer pour se défendre face au tribunal.

Un grand merci aux élèves du lycée qui se sont bien investis dans leur travail d’écriture et ont eu le courage de s’exprimer devant l’ensemble du lycée.

 

Plaidoyer vainqueur du concours 

Début du procès : Une femme est accusée par un tribunal d’avoir travaillé alors que les Lois religieuses du pays le leur interdisent. Une religion, associée à l’Etat y impose toutes les valeurs traditionnelles par des lois. Au début du procès, sa liberté de parole n’est pas respectée, mais l’accusée peut prendre une dernière fois la parole avant le verdict….

Procureur : « (…) Donc je disais… Une femme se doit d’être pudique et de se préserver seulement pour son mari. Vous devez dépendre de votre mari et non de vous-même. »

Juge : « Dernière parole pour l’accusé »

Accusé : « Combien de femmes ont été lapidé chez nous, pour avoir été juste accusé d’être infidèles ? Combien de femmes battues pour être juste sortie seule sans leur mari ? Combien de femmes sont battues sans même pouvoir aller porter plainte ? Combien de temps encore les femmes devront-elles subir la colère de leur mari ? N’avons-nous pas le droit de vivre comme nous le voulons ? N’avons-nous pas le droit de réaliser nos rêves ? N’avons-nous pas le droit à la liberté ? Nous allons montrez que nous ne sommes pas des animaux mais des êtres humains, comme vous, les hommes. »

Juge : « Après délibération, le jury a décidé de vous innocenter, madame ; la justice accepte que vous puissiez, comme femme travailler. »

Procureur : « Non ! Notre religion, nos ancêtres, notre pays ! Nos anciens ont toujours pratiqué ces lois religieuses, pourquoi aujourd’hui nous y opposer alors que la tradition dit toujours le vrai ? »

Juge : « La déclaration d’innocence a déjà été prise par le jury. »

L’accusé : « Vive la liberté ! Vive l’égalité ! Vive la laïcité !»

Participants : Darousse Ahmed Sitty, Abdou Helima, Haroussi Ahmed Felicia, Ibn Mahmad Mohamed, Ali HoumadiMohamadi. Classe de 2de1.

 

Un grand merci aux élèves du lycée qui se sont bien investis dans leur travail d’écriture et ont eu le courage de s’exprimer devant l’ensemble du lycée !

Créateur du site CHIFFAY Ankidine Ben